Chasseur insomniaque

Archange d'une nuit bleue cristalline
Au plafond irradié des flots incendiaires.
Chasseur d'étoiles à la pleine nuit divine,
Guerrier nocturne à l'absente lumière.

L'obscurité englobe les regards éteints.
Repue de lumière au petit matin, la nuit
S'absente d'un soleil, c'est évidemment certain
Mais cacao épais, une autre forme luit :

Un sentier d'étoiles entre les constellations
Au carrefour des lueurs, aquarelles d'ombres,
Où l'esquisse d'une lune, timide et sans passion,
Laisse s'envoler les libertés qui grondent.

Un grelot luxuriant au parcours indistinct
Berce les tympans et oublie les limites
Du temps qui se meurt pour un repos câlin
Au cerveau du monde où les rêves s'abritent.

La fumée grise sans flamme qui embaume le crâne,
N'est qu'architecte improvisé des limbes du soir.
Et pure, tendre et douce comme la peau d'une femme,
La nuit a coulé comme un bol de café noir.